Réchauffement climatique Sommes nous sur la bonne trajectoire

12 octobre 2021

Par Nina Lagron, CFA, Head of Large Cap Equities, La Française AM Octobre 2021

Réchauffement climatique Sommes nous sur la bonne trajectoire

196 pays ont signé l'Accord de Paris en 2015, s'engageant à limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés Celsius. La signature de ce traité international a constitué une étape importante alors que les nations du monde entier ont, pour la première fois, reconnu leur responsabilité collective et adopté un objectif commun.

Cependant, dans l'économie post-COVID-19 actuelle, où en sont-elles par rapport à leurs contributions déterminées au niveau national (CDN) ? Selon le Rapport 2020 des Nations Unies sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, nous sommes loin de l'objectif : nous allons vers un réchauffement climatique de plus de 3 degrés Celsius. Malheureusement, les mesures prises pour contenir la propagation de la COVID-19, notamment les confinements et la perturbation du transport maritime mondial qui en a résulté, n'ont entraîné qu'une réduction temporaire estimée à 7 % des émissions de gaz à effet de serre en 2020. De plus, elles n'auront pas d'effet durable sur les émissions mondiales en raison de leur nature provisoire. (Forster, P. M. et al. « Current and future global climate impacts resulting from COVID-19. » Nat. Clim. Change 10, 913-919 (2020).

Où vont les programmes de relance post-COVID ?

Pour avoir un impact à long terme sur le réchauffement climatique, il est essentiel d'orienter les mesures de relance post-COVID-19 vers les infrastructures vertes tout en réduisant le soutien aux combustibles fossiles. Mais quelle proportion de la relance mondiale post-COVID est réellement dirigée vers des actions concrètes soutenant l'activité économique en faveur de la qualité de l'environnement et des ressources naturelles à plus long terme ? Les pays du G20 ont dépensé 14 900 milliards de dollars en plans de relance post-COVID-19 et, bien que les chiffres exacts varient selon les sources, toutes s'accordent à dire que la part consacrée à la relance verte est insuffisante pour soutenir la réduction des émissions de carbone. Au cours des 18 derniers mois, les gouvernements du G20 n'ont alloué que « 363 milliards de dollars à des secteurs ou à des projets visant à stimuler l'économie en réduisant les émissions de carbone ou en favorisant l'adaptation au changement climatique. D'un autre côté, 1 200 milliards de dollars ont été alloués à des secteurs à forte intensité de carbone, tels que l'aviation et la construction, dépourvus de tout élément écologique ». (BNEF). Les deux seuls pays à allouer des mesures de relance similaires aux secteurs verts et aux secteurs à forte intensité de carbone sont la France et le Japon. En revanche, la Chine par exemple, avec 247 GW de nouvelles centrales électriques fonctionnant au charbon, en cours de construction ou annoncées et autorisées, a alloué 2,1 milliards de dollars à la relance verte contre 215 milliards de dollars aux secteurs à forte intensité de carbone (BNEF).

La course à la suppression progressive du soutien aux combustibles fossiles est lancée ; la COP26, au cours de laquelle les CDN seront discutées, approche à grands pas.

Les sites du groupe
Mes favoris

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.
Indiquez votre profil
1
Pays
2
Langue
3
Profil
Votre pays de résidence
Votre langue
Votre typologie de profil
<p class="new-disclaimer__legal-notice">Avant de consulter le site, nous vous prions de lire attentivement les informations «&nbsp;<a href="fr/mentions-legales/" target="_blank">mentions légales</a>&nbsp;» et «&nbsp;<a href="fr/actualites-reglementaires/" target="_blank">actualités réglementaires</a>&nbsp;» pour votre protection et dans votre intérêt. Celles-ci expliquent certaines restrictions juridiques et réglementaires qui s’appliquent à tous les investisseurs particuliers ou professionnels relevant du droit Français. J’ai lu et j’accepte les modalités d’utilisation de ce site dès lors que je me connecte en tant que non professionnel ou professionnel. <br>Dans le cadre de l’application de la directive européenne relative aux Marchés d’Instruments Financiers («&nbsp;MIF&nbsp;»), merci de préciser à quelle catégorie d'investisseur vous appartenez&nbsp;:</p>
<p class="new-disclaimer__legal-notice">Avant de consulter le site, nous vous prions de lire attentivement les informations «&nbsp;<a href="fr/mentions-legales/" target="_blank">mentions légales</a>&nbsp;» et «&nbsp;<a href="fr/actualites-reglementaires/" target="_blank">actualités réglementaires</a>&nbsp;» pour votre protection et dans votre intérêt. Celles-ci expliquent certaines restrictions juridiques et réglementaires qui s’appliquent à tous les investisseurs particuliers ou professionnels relevant du droit Français. J’ai lu et j’accepte les modalités d’utilisation de ce site dès lors que je me connecte en tant que non professionnel ou professionnel. <br>Dans le cadre de l’application de la directive européenne relative aux Marchés d’Instruments Financiers («&nbsp;MIF&nbsp;»), merci de préciser à quelle catégorie d'investisseur vous appartenez&nbsp;:</p>