Nos convictions évoluant dans le temps, merci de vérifier que vos préférences correspondent toujours à vos attentes.

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Supprimer toutes mes épingles

Les actualités 

L’inflation « core » en zone euro sort à 0,9%, en deçà des attentes de marché.

07 novembre 2017

La semaine a été assez chargée compte tenu de nouveaux éléments :

  • M. Trump a choisi M. Powell comme prochain Président de la Fed. Le marché n’a pas réagi à cette nomination qui était plutôt attendue. La politique monétaire ne devrait pas être très différente de celle menée précédemment, M. Powell ayant une pensée assez proche de celle de Mme Yellen. On notera toutefois qu’il est avocat de formation et pas économiste comme à l’accoutumée. On peut donc s’attendre à ce qu’il mette davantage l’accent sur la réglementation du secteur bancaire. L’impact potentiel est donc plutôt du côté des actions bancaires américaines
  • Un rapport d’emploi américain plutôt faible (inflation salariale à +2,4% sur 12 mois contre +2,7% attendu), l’ISM américain des services très fort à 60,1 (plus haut depuis 2005)
  • L’estimé flash de l’inflation core zone euro est sorti très nettement sous les attentes à +0,9 sur 12 mois contre +1,1% attendu. Nous allons scruter de près le chiffre officiel car les conséquences sur la politique de la BCE peuvent être importantes
  • La réunion de la Fed a entériné la hausse de décembre. Le marché a entendu le message et anticipe cette hausse à 92%. Toutefois, le dollar ne monte pas contre l'euro sur la semaine et nous avons donc pris nos profits sur notre position "long" tactique (dollar contre euro)
  • Le « Super Jeudi » de la Banque d’Angleterre, avec le rapport d’inflation et la décision sur la politique monétaire. Le comité a décidé à 7 voix contre 2 de monter son taux directeur de 25bps pour atteindre 0,5%. Toutefois, le discours de M. Carney n’était pas particulièrement rigide et la livre a baissé. Le marché anticipe très peu de hausses supplémentaires (2 sur les trois prochaines années) et nous pensons que cette prudence est justifiée par le Brexit, une croissance en berne et une politique budgétaire restrictive

Les marchés ont globalement réagi avec une baisse des rendements obligataires (respectivement -6bps et -7bps pour les 10 ans américain et britannique). Les courbes périphériques ont elles aussi très bien performé : -16bps pour l’Italie sur la semaine.

La Française & Vous

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Votre profil d'investisseur
Institutionnels
et entreprises
Professionnels
du patrimoine
Particulier
Votre localisation
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.