Nos convictions évoluant dans le temps, merci de vérifier que vos préférences correspondent toujours à vos attentes.

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Supprimer toutes mes épingles

Les actualités 

Vers une hausse modérée des taux...

12 janvier 2018

La reconnexion des taux des pays coeur aux fondamentaux économiques prendra du temps : en effet, la dichotomie très claire entre la dynamique de croissance et celle décevante à ce stade, sur l’inflation, aura un effet modérateur sur tout mouvement haussier des taux.

Il faut également garder en tête que les bilans combinés des banques centrales vont continuer à croitre en 2018 pour trouver un point d’équilibre en fin d’année, ce qui limite le potentiel de hausse, tout du moins lors du 1er semestre.

Ce contexte monétaire accommodant constitue un soutien pour les dettes périphériques en zone Euro et également une force de rappel dans un mouvement de forte tension sur les taux européens. La hausse des rendements gouvernementaux que nous prévoyons devrait ainsi rester contenue, ce qui est clef pour les autres classes d’actifs obligataires.

Après une année de performances très positives sur le crédit européen, les marges s’établissent à des niveaux historiquement faibles. Nous anticipons que la proportion de crédit IG acheté par la BCE augmentera par rapport aux autres classes d’actifs éligibles à son programme d’achat et limitera ainsi l’impact sur les valorisations.

Nous maintenons une forte conviction sur les subordonnées bancaires en raison de l’impact de la reflation anticipée sur les résultats des banques, de l’assainissement des bilans dans le sud de l’Europe et de la pression réglementation qui pourrait s’apaiser après la signature de l’accord Bale IV.

Du côté du High-Yield, les taux de défaut resteront très faibles et bien en dessous des moyennes historiques, mais les valorisations sont tendues et la liquidité un point de vigilance.

Les fondamentaux sont bons mais nous surveillerons :

  • les flux en provenance des investisseurs qui s’allègent en raison des performances réalisées,
  • le levier financier des entreprises US qui reste élevé, rendant les entreprises les plus endettées sensibles à une Fed plus agressive,
  • le prix du baril qui pourrait jouer les trouble-fêtes.

Enfin, côté dettes émergentes, les flux d’investissement vont se poursuivre en 2018 car les primes de risque demeurent très attractives relativement aux marchés développés et relativement aux dettes Corporates.

Dans un contexte riche en élections, les marchés locaux, répondant aux spécificités domestiques devraient continuer de performer grâce à des niveaux de taux réels élevés.

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Identifiez-vous

1
Pays
2
Langue
3
Profil

Votre pays de résidence

Votre langue

Votre typologie de profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs pour vous permettre d’obtenir des informations adaptées à votre profil, faciliter le partage de l’information sur les réseaux sociaux, vous garantir la meilleure navigation possible et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous rendre sur notre Politique en matière de confidentialité et de Cookies. En savoir plus.