Mes favoris

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Les actualités 

Nuages à l’horizon pour la bourse de Hong Kong

03 avril 2018

Déjà fortement secoué par les mesures douanières récemment annoncées par l’administration américaine à l’encontre de la Chine, le marché hongkongais a aussi pris conscience de sa vulnérabilité.

Le 16 mars dernier, Yan Qingmin, directeur adjoint de la CSRC (l’autorité chinoise de régulation des marchés financiers), a annoncé le lancement « imminent » de certificats de dépôt chinois (China Depository Receipts ou CDR) qui devraient faire leur entrée d’ici la fin de l’année selon les informations de Reuters. La Chine ne s’y serait pas prise autrement pour couper l’herbe sous le pied de la bourse de Hong Kong.

Retour en arrière : en 2014, alors que la bourse de Hong Kong cherchait à remporter la cotation d’Alibaba, le caractère jugé trop rigide de la règle immuable « une action, une voix » a conduit son fondateur Jack Ma à établir une holding offshore fonctionnant sous la forme d’une entité à détenteurs de droits variables, et à réaliser son introduction à la cote américaine par le biais d’American Depository Receipts (ADR). Depuis, de nombreuses entreprises chinoises principalement issues de l’Internet lui ont emboîté le pas, et avec brio, au grand dam de la place hongkongaise. À elles toutes, elles représentent une capitalisation boursière de 4 000 milliards de dollars. Après trois années d’intense remise en question, la bourse de Hong Kong est enfin revenue sur ses principes et a complètement changé de posture, annonçant fin 2017 le lancement prochain d’un document de consultation portant sur l’autorisation des actions à droits de votes multiples, en dépit donc du sacrosaint principe « une action, une voix ». L’objectif est non seulement d’attirer les « licornes » (les startups valorisées à plus d’un milliard USD) et les géants comme le fabricant de smartphones Xiaomi, mais surtout de convaincre Alibaba et les autres sociétés cotées par ADR de revenir à Hong Kong. 

Les autorités chinoises n’ont pas tardé à réagir face à la menace venant de Hong Kong, s’appuyant sur la vision à 25 ans du pays partagée par Xi Jinping qui mise fortement sur les technologies : ainsi, les sociétés technologiques pourront bientôt émettre des CDR sur le marché des actions A. La réforme devrait être mise en œuvre dans les plus brefs délais. Elle permettra enfin aux investisseurs individuels chinois de contribuer à la croissance de leurs porte-drapeaux nationaux actuellement cotés à New York, sans avoir à recourir à des méthodes compliquées pour contourner le système de contrôle des changes en vigueur. Tencent, la cinquième plus grosse entreprise mondiale cotée à Hong Kong, donnera ainsi accès à ses 900 millions de clients particuliers qui n’auront plus besoin d’utiliser la plateforme Stock-Connect reliant les marchés continentaux à ceux de Hong Kong.

Coïncidence (ou pas ?), le lancement du système de CDR interviendra peu de temps après l’inclusion d’actions « A » chinoises dans l’indice des marchés émergents de MSCI, prévue pour mai 2018. 

Peu après que les propos de Yan Qingmin aient été rapportés, Alibaba et son concurrent direct JD.com se sont déclarés prêts à sauter le pas, sachant que les deux sociétés représentent une capitalisation combinée de 500 milliards de dollars sur la base des ADR existants. 

L’année 2018 marquera donc un tournant pour le marché des actions A chinoises, mais n’est pour l’instant pas très tendre avec la place de Hong Kong. 

Mentions légales :

Ce document s’adresse uniquement aux professionnels concernés et aux investisseurs qualifiés, et n’est pas destiné aux particuliers.

Il est fourni exclusivement à titre informatif et éducatif et n’est pas destiné à tenir lieu de prévision, de produit de recherche ou de conseil en investissement, et ne doit pas être interprété comme tel. Il ne saurait constituer un conseil en investissement ni une offre, invitation ou recommandation d’investir dans des placements particuliers ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les avis exprimés par le Groupe La Française reposent sur la configuration actuelle des marchés et sont susceptibles d’être modifiés sans préavis. Ces avis peuvent être différents de ceux d’autres professionnels de l’investissement. Publié en dehors de Hong Kong par La Française AM Finance Services, dont le siège social est situé au 128 boulevard Raspail, 75006 Paris, France, société réglementée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel en tant que prestataire de services d’investissement sous le numéro d’immatriculation 18673 X, société affiliée de La Française. Publié à Hong Kong par JK Capital Management Ltd., une société affiliée du Groupe La Française, agréée et réglementée par la Securities and Futures Commission de Hong Kong.


Par Fabrice Jacob, CEO de JK Capital Management Ltd., une société affiliée du Groupe La Française

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Identifiez-vous

1
Pays
2
Langue
3
Profil

Votre pays de résidence

Votre langue

Votre typologie de profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs pour vous permettre d’obtenir des informations adaptées à votre profil, faciliter le partage de l’information sur les réseaux sociaux, vous garantir la meilleure navigation possible et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous rendre sur notre Politique en matière de confidentialité et de Cookies. En savoir plus.