Nos convictions évoluant dans le temps, merci de vérifier que vos préférences correspondent toujours à vos attentes.

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Supprimer toutes mes épingles

Les actualités 

L’uchronie et Marine Le Pen… et les marchés dans tout cela ?

09 mars 2017

Si Pétain avait eu une crise cardiaque en 1940, nous serions aujourd’hui communistes : l’armistice n’aurait pas été signée en juin 1940 laissant le temps à l’URSS de s’organiser pour vaincre Hitler sans le soutien des américains… Et l’Europe occidentale ferait partie de l’URSS qui ne se serait pas effondrée.

Si Marine Le Pen avait été élue en mai 2017, que se serait-il passé ? La question reste bien évidemment très théorique, et c’est en cela que l’on peut parler d’uchronie utopique, car chacun sait que cela n’aura pas lieu… "Ce n’est clairement pas le plus probable" nous explique en choeur les politologues (le Front National fait le plein de ses voix au premier tour et il faudrait un taux d’abstention de l’ordre de 60 % pour qu’elle passe au 2e tour). Une fois passées les incertitudes politiques en Europe, les marchés, qui depuis août dernier sont résolument orientés à la hausse en dépit du Brexit, des élections américaines et du référendum italien, salueront la reprise de la construction européenne qui ne manquera pas d’arriver conjointement avec les réformes qui seront engagées.

Cependant, la pantalonnade de la série B actuelle de la campagne présidentielle, l’effondrement des partis politiques traditionnels, la déferlante populiste en occident et une vague d’attentats orchestrée par DAESH pourrait conduire à l’improbable.

Comment réagiraient les marchés si l’improbable arrivait et que la promesse de souveraineté
monétaire, législative, territoriale du Front National se mettait en oeuvre ?

Toutes les grandes maisons de gestion et les instituts économiques et politiques concluent unanimement que la situation inédite à laquelle nous aurions à faire face peut entrainer au mieux une paralysie du pays pendant la durée de son mandat et au pire un effondrement à travers un arbre de décisions :

  • Aura-t-elle la majorité au parlement en l’état actuel du système électoral ? La réponse est Non.
  • Peut-elle changer la loi électorale des législatives entre son élection et les législatives afin d’introduire la proportionnelle et obtenir une majorité absolue ou relative aux chambres ? La réponse est également Non.

Contrainte dès le premier jour de son mandat à une cohabitation qui ne ressemblera pas à grand-chose compte tenu du fractionnement entre les différentes tendances de la droite, de
la gauche, du centre et de "En Marche", une Union Nationale dirigée par Marine Le Pen n’aura
pas lieu et le référendum populaire sera le mode de fonctionnement "normal" d’une présidente populiste.

Clairement  anti-Europe,  Marine  Le  Pen  pourrait  soumettre  un  référendum  (du  fait  de l’absence de majorité probable des 3/5 du Parlement réuni en Congrès) sur le "Frexit" soutenu par la pression de la rue et en s’appuyant sur l’article 11 de la constitution autorisant le Président de la République à faire un référendum sur l’organisation des pouvoirs publics. Supposons alors que le Conseil Constitutionnel n’invalide pas le référendum conduisant à une sortie de l’Euro...

> Cliquez ici pour télécharger l'intégralité de la lettre de Xavier Lépine

La Française & Vous

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Votre profil d'investisseur
Institutionnels
et entreprises
Professionnels
du patrimoine
Particulier
Votre localisation
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.