Mes favoris

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Les actualités 

L’inflation aux Etats-Unis est sortie à +2.1% contre +1.9% attendu pour le mois de janvier 2018

22 février 2018

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on ne s’ennuie pas ! La volatilité en intra journalier est restée assez élevée tout au long de la semaine dernière, avec une tendance à la diminution, surtout en fin de semaine dernière.

La direction aura tout de même été assez claire, en tout cas en ce qui concerne les indices actions avec une semaine de rebond marquée : +4% pour le S&P 500, +3% pour les actions euro ou encore +5% pour les actions des marchés émergents. 

Comportement moins linéaire pour les marchés obligataires et pas forcément facile à lire : les taux américains se sont tendus assez fortement suite aux chiffres d’inflation largement au-dessus des attentes mercredi dernier. Ils sont ainsi passés en une journée de 2,82% à 2,94%, la hausse se faisant principalement via la composante inflation, ce qui semble assez logique. Depuis, le marché revient, le 10 ans étant actuellement à 2,86%, soit très proche des niveaux pré chiffres d’inflation.

Enfin, le dollar continue de baisser, ce qui nous semble logique étant donné les annonces de déficits fiscaux abyssaux que nous prépare l’administration Trump. On pourrait approcher des déficits fiscaux comparables à ceux de 2008, mais sans crise économique…

Les évènements à retenir de la semaine dernière :

  • Evidemment le chiffre d’inflation (« the most important inflation figure ever » si on en croit les banques d’investissement…) qui sort à +0,3% sur l’inflation core (+0,349% sans arrondi) contre +0,2% attendu pour le mois de janvier 2018. L’inflation core sur 12 mois et l’inflation headline sont respectivement à +1,8% (+1,7% attendu) et +2,1% (+1,9% attendu). L’inflation est un chiffre très satisfaisant, qui tend à confirmer le très bon chiffre d’inflation salariale d’il y a 2 semaines. Mais comme ce dernier, il va mériter confirmation dans le sens où certaines sous composantes paraissent étranges (+1,7% d’inflation sur les vêtements sur le mois par exemple). Et ne pas oublier non plus qu’il y a eu un changement de méthodologie, ce qui « brouille » l’analyse du chiffre. Mais même hors composantes « étranges », cela reste un bon chiffre ;
  • Ventes aux détails américaines : très décevantes et chiffres révisés à la baisse sur décembre. Un impact négatif sur la croissance est attendu au T1. Là aussi, les chiffres ne sont pas évidents à lire dans la mesure où les conditions climatiques peuvent expliquer ce mauvais chiffre ; 
  • Chiffres Immobilier américain : excellent chiffre, très au-dessus des attentes ;
  • Croissance euro en ligne avec les attentes à 0,6% sur le T4 (2,7% en rythme annuel). C’est un très bon chiffre ;
  • On est obligé de mentionner le chiffre du chômage français qui passe de 9,5% à 8,9% en 1 mois ! 
  • Chiffres japonais très mauvais : croissance décevante et commandes de machine très en dessous des attentes.

Le marché n’est pas toujours facile à lire en ce moment, la journée où l’inflation est tombée étant par exemple « spéciale » (baisse massive des indices actions pour remonter très fortement ensuite...). Nous conservons toutefois une vision positive action à moyen terme : la croissance est très bonne, les résultats des entreprises sont très bien orientés et les valorisations ne sont pas excessives. L’inflation remonte, oui, mais les points morts d’inflation sont déjà sur des niveaux assez élevés et les taux réels se sont déjà bien tendus. Nous jugeons toujours le potentiel de hausse de taux à court terme assez faible étant donné les niveaux actuels. 

En savoir plus sur :

Les informations ci-dessus ne sauraient constituer un conseil en investissement, une proposition d’investissement ou une incitation quelconque à opérer sur les marchés financiers. Les appréciations formulées reflètent l’opinion de leurs auteurs à la date de publication et ne constituent pas un engagement contractuel de la société de gestion. Ces appréciations sont susceptibles d’évoluer sans préavis dans les limites du prospectus qui seul fait foi. Le Groupe La Française ne saurait être tenu responsable, de quelque façon que ce soit, de tout dommage direct ou indirect résultant de l’usage de la présente publication ou des informations qu’elle contient. La présente publication ne peut être reproduite, totalement ou partiellement, diffusée ou distribuée à des tiers, sans l’autorisation écrite préalable du Groupe La Française.  
 
La Française Allocation est un OPCVM de droit français relevant de la directive 2009/65/CE. Le fonds a été agréé par l’AMF le 15 juillet 2003 et lancé le 31 juillet 2003. La stratégie a changé à partir du 19 juillet 2012. Société de gestion : La Française Asset Management – Paris – Agrément AMF GP97076 le 1er juillet 1997.

Coordonnées internet des autorités de tutelle : Autorité des Marchés Financiers (AMF) www.amf-france.org.

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Identifiez-vous

1
Pays
2
Langue
3
Profil

Votre pays de résidence

Votre langue

Votre typologie de profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et autres traceurs pour vous permettre d’obtenir des informations adaptées à votre profil, faciliter le partage de l’information sur les réseaux sociaux, vous garantir la meilleure navigation possible et réaliser des statistiques. Pour en savoir plus, nous vous invitons à vous rendre sur notre Politique en matière de confidentialité et de Cookies. En savoir plus.