Nos convictions évoluant dans le temps, merci de vérifier que vos préférences correspondent toujours à vos attentes.

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Supprimer toutes mes épingles

Les actualités 

Impact Investing – une dynamique portée par des changements réglementaires

02 février 2018

L’article 173 de la loi sur la transition énergétique oblige les investisseurs institutionnels et les gérants à analyser leur portefeuille sous l’angle des critères extra-financiers et de la lutte contre le réchauffement climatique. Ce texte constitue une réelle opportunité pour les fonds à impact, dont les objectifs sont non seulement financiers, mais aussi sociaux ou environnementaux.

« Le problème de l’accès à l’information se pose aux gérants dans tous les domaines. Les entreprises peuvent tout autant nous tromper sur leurs engagements en matière d’évolution de cash-flows (flux de trésorerie) que de lutte en matière de réchauffement climatique. Nous avons l’habitude en tant que gérant de traiter ce type de sujets, de retravailler les données. Par ailleurs, depuis un an et les premiers travaux pour se mettre en conformité avec l’article 173, les entreprises comme l’ensemble de l’écosystème financier ont évolué. Il existe de plus en plus d’officines qui proposent des méthodologies, dialoguent avec les entreprises et les incitent à modifier leurs pratiques. Les méthodes et les mesures progressent. A terme, des normes vont émerger. En attendant, nous pouvons déjà évaluer les choix faits en matière de transition énergétique par les entreprises : critiquer certains process, privilégier d’autres. De nombreuses études démontrent maintenant que les sociétés qui sont bien gérées du point de vue des critères extra-financiers, et pas seulement financiers, enregistrent une meilleure performance boursière. D’un point de vue statistique, nous pouvons par exemple démontrer que depuis 2014, les entreprises qui émettent le moins de carbone ont enregistré une meilleure performance boursière que la moyenne. Les flux de capitaux vont s’orienter en priorité vers ces sociétés, elles auront plus de facilité à se financer que leurs homologues, une meilleure rentabilité et des cash-flows plus conséquents, ce qui incitera les autres à améliorer leurs pratiques et à diffuser des informations plus précises. »

Pour retrouvez l’ensemble des prises de parole de Laurent Jacquier Laforge, Responsable de la gestion actions de La Française dans le Grand Débat Impact Investing paru lundi 29 janvier dans Option Finance, cliquez ici

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Identifiez-vous

1
Pays
2
Langue
3
Profil

Votre pays de résidence

Votre langue

Votre typologie de profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.