Nos convictions évoluant dans le temps, merci de vérifier que vos préférences correspondent toujours à vos attentes.

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Supprimer toutes mes épingles

Les actualités 

Fin de conte de fées sur les marchés

09 février 2018

Tout continuait à très bien aller sur les marchés financiers en ce début d’année, avec une croissance mondiale continuellement revue à la hausse et ce, sur toutes les zones.

L’adoption de la réforme fiscale et la remontée des prix du pétrole avaient amené de nouvelles raisons de revoir à la hausse les prévisions de bénéfices, ce que confirme d’ailleurs pour le moment la saison des résultats des entreprises avec de très bons résultats outre-Atlantique et des résultats solides en Europe, même si les chiffres d’affaires sont impactés par la hausse de l’Euro sur le 4e trimestre.

Mais la question que tout le monde se pose actuellement concerne la direction des taux, leur potentiel de hausse et si ces mouvements peuvent impacter les marchés actions, comme c’est le cas depuis quelques jours. A l’heure où nous écrivons ces lignes, le 10 ans américain est à 2,8 % et le 10 ans allemand à 0,73 %, soit des hausses respectives de 0,4 % et 0,32 % depuis le début de l’année. Si d’aventure ce mouvement de hausse s’amplifiait, cela pourrait être de nature à remettre en cause le scénario de « Goldilocks » que connaissent les marchés financiers depuis environ un an. Penchons-nous donc sur ce qu’anticipent les marchés obligataires à l’heure actuelle :

- Aux Etats-Unis, le marché anticipe des taux courts à fin 2019 à 2,41 %, soit entre 4 et 5 hausses de taux, 3 cette année et entre 1 et 2 en 2019. Ces anticipations nous semblent cohérentes.

- En zone euro, le marché anticipe 0,5 % de hausse de taux à horizon fin 2019. La BCE nous a laissé entendre jusqu’ici une fin de QE en fin d’année et une 1ère hausse de taux environ 6 mois plus tard. 0,5 % de hausse de taux sur le 2e semestre, cela nous semble là aussi correctement valorisé.

Sur les parties longues de la courbe, les taux réels restent bas, surtout en zone euro, et une hausse supplémentaire est toujours possible. Il faut toutefois garder en tête que l’inflation reste aujourd’hui contenue et que sans accélération de cette dernière, nous serons toujours en dessous des cibles de la BCE fin 2019.

Nous conservons une vue haussière sur les taux, principalement sur les parties longues allemandes, mais avec un budget de risque réduit après le fort mouvement que nous venons de connaitre. La croissance soutenue et les bons résultats des sociétés devraient par ailleurs permettre aux marchés actions de poursuivre leur hausse à moyen terme, sauf forte accélération des tensions obligataires.

Pour en savoir plus, télécharger la dernière lettre mensuelle Orientations et Stratégie

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Identifiez-vous

1
Pays
2
Langue
3
Profil

Votre pays de résidence

Votre langue

Votre typologie de profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.