Nos convictions évoluant dans le temps, merci de vérifier que vos préférences correspondent toujours à vos attentes.

Les épingles sont sauvegardées à l’aide des cookies, leur suppression dans votre navigateur supprimera vos préférences.

Supprimer toutes mes épingles

Actualités 

Hausse de l'indice ISM non manufacturier à 57,4 aux Etats-Unis le mois dernier

11 juillet 2017

Le mouvement de tension obligataire se poursuit cette semaine avec des taux allemands qui prennent encore 10bps et atteignent leur point haut de l’année à 0,56%, nous observons le même mouvement sur les taux américains, les taux canadiens, etc. Cette semaine a été assez homothétique même s'il n'y a pas eu de nouvelles spécifiques, mais le fort positionnement de marché déclenche certainement des débouclements de positions un peu violents, ce qui explique le mouvement.

La BCE continue de communiquer, avec un ton qui nous semble vouloir apaiser les tensions actuelles en mettant l’accent sur le caractère graduel du message, sur le fait que les mesures accommodantes sont toujours justifiées, mais pour le moment, avec un impact proche du néant.

Le pricing des taux courts euro implique aujourd’hui une 1ère remontée de taux en juin 2018 et 25bps de hausse au total sur l’année. Cela impliquerait un arrêt du QE assez brutal (passage de 60 milliards d'euros par mois jusqu’en décembre 2017 puis 0 à partir de juin 2018), Monsieur Draghi ayant toujours dit que les hausses de taux seraient postérieures à l’arrêt du QE. Ce n’est pas impossible, mais c’est un scénario qui nous semble déjà assez agressif. Etant donné la trajectoire d’inflation, nous ne pensons pas que le mouvement puisse aller beaucoup plus loin sur les taux courts allemands. Sur les taux longs, il reste un peu de place, les taux réels ne sont toujours pas très élevés mais là encore, la position ne nous semble plus très loin de ses objectifs et donc plus très asymétrique. A l’inverse nous trouvons qu’il reste de la place sur les taux courts américains.

Les chiffres macro-économiques Euro sont restés bien orientés avec des productions industrielles très fortes en Allemagne et en France. Du côté des États-Unis, notons le très bon chiffre d’ISM à 57,4 et  les bons chiffres du chômage même si l’inflation salariale ne remonte toujours pas.

Les actions sont stables sur la semaine et restent collées sur les points post élection, autour de 3440 sur l’Eurostoxx. Nous avons toujours la même opinion : la macro-économie se porte bien, la micro-économie également avec des attentes de croissance autour de +15% sur l’année, le marché n’est en hausse que de +5% depuis le début de l'année et les valorisations sont proches de leur moyenne historique. Dans un monde où les liquidités excédentaires vont continuer à rester importantes et vont donc devoir être investies, il nous semble que les actions Euro restent intéressantes. Il est cependant possible que nous ayons un peu de volatilité si les tensions obligataires persistent.

Nous avons effectué des modifications cette semaine, principalement avec des prises de profit sur les banques Euro et taux Euro.

La Française & Vous

Le groupe La Française permet un accès aux expertises de plusieurs sociétés de gestion présentes dans le monde. Afin d’obtenir les informations les plus adaptées, nous avons développé une interface présentant l’ensemble de l’offre selon votre profil et votre pays de résidence.

Votre profil d'investisseur
Institutionnels
et entreprises
Professionnels
du patrimoine
Particulier
Votre localisation
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.